De l’enfance, on garde le souvenir d’une bulle dans laquelle on était bien. Une bulle de laquelle on regardait le monde sans toujours bien le comprendre. Ce qui se trouvait hors de la bulle était paré du magique, du merveilleux et parfois aussi, pouvait paraître inquiétant. L’enfance est associée à la douceur, à la légèreté, à un papillon qui vole, à une plume qui dessine dans l’air des arabesques guidée par la main d’une brise légère.

A l’espace Ardenome, ancien Grenier à sel, la région Pays de la Loire s’est installée. Dans ses bagages, ses artistes, surtout des danseurs, des chorégraphes et des musiciens. Et pour “Plume“, la Compagnie Kokeshi.

Elles sont deux, Caroline Cybula et Capucine Lucas, vêtues d’une robe blanche, éthérée. Sur scène des sacs ou des baluchons de taille différente attirent le regard et suscitent l’envie de les choisir comme oreillers. Ces sacs de toiles procurent une irrésistible envie d’y poser sa tête pour la sentir s’enfoncer dans un monde de douceur, un espace accueillant. Cette envie d’un confort relaxant émanera continuellement de la scène. Les deux danseuses entament une chorégraphie, parfois répétitive, mais toujours visuellement apaisante. Elles déplacent les sacs de toile au rythme d’une musique jouée en direct et élaborée à partir de percussion, d’électronique, de guitare électrique.

Deux choses sont remarquables dans Plume : la réunion heureuse de  la chorégraphie, des accessoires et de la musique et le bien être qui se dégage de la scène. L’affiche nous montre l’une des danseuses en apesanteur. Le public n’est pas loin de cet état.

Les sacs de toile ont une importance capitale : ils recèlement des milliers de plume. on comprend pourquoi on désirait s’en saisir. Chaque sac sera ouvert et vidé. Sur scène, une vision presque irréelle d’une abondance de plume transporte le spectacle dans l’univers du merveilleux. Des plumes sont accrochées sur des lignes imaginaires et restent en suspension dans les airs comme si une partition s’écrivait sous nos yeux. Les plumes forment des tas puis des nuages puis des nuées. Nous sommes transportés dans un ailleurs qui séduira les enfants de deux ans mais aussi les grand enfants que sont les adultes.

Plume dure 35 minutes. Il est fortement conseiller de vivre pleinement chaque minute car il est rare de se retrouver dans un conte merveilleux où notre âme d’enfant virevolte sur scène.

L’habillage sonore du spectacle est réalisé en direct. Avouons que c’est une chance et un bonheur de voir Alice Guerlot-Kourouklis jouer sa musique. Cette grande artiste offre un univers sonore sur mesure pour “Plume” et c’est un sans faute. La musique de “Plume” est en vente sur CD à la sortie du spectacle.

A la fin du spectacle, deux enfants sont invités à rejoindre les danseuses. Les artistes entament une ultime chorégraphie destinée à mettre en confiance les enfants et à leur donner en abondance, l’air de rien, des centaines de plumes pour qu’ils les fassent voler et les regardent avec des yeux émerveillés. On en reste bouche bée.

Fred Lecoeur

Plume” défie l’apesanteur à 12h15 au Grenier à sel -Ardenome dans le cadre du Off d’Avignon, jusqu’au 28 juillet 2018.